lundi 16 avril 2018

STEPHAN WHITLAN: Second Site (2018)

“It's good to hear EM centered on synths and synths! Solos are flying all over minimalist rhythmic patterns which in the end are built on a mix of England and Berlin Schools”

1 Odyssey '93 12:00
2 Leitrim 11:46
3 ... Too much time 4:59
4 Spacetime 14:24
5 Sad Day 11:57
6 Pulsetrain 9:27
7 Untitled 13:56

Groove | GR-244 (CD/DDL 78:28)
(England & Berlin Schools)
====================================
 
**Chronique en français plus bas**
====================================
Things get crowded in Stephan Whitlan's universe. After his participation at the Awakenings Festival in November 2017 and his collaboration album with Ron Boots, Seven Days, the Irish musician confirms his come back with a new album filled of old music. The compositions on “Second Site” go back at beginning of the Map Reference period and were played, well for most of them, within the framework of Awakenings with Ron Boots, Frank Dorritke and Harold van der Heijden. And a little like in Seven Days, the electronic music of Stephan Whitlan bases mainly on synths. The sequencer multiplies the axes of minimalist rhythms to which are grafted at times another line to support the acrobatic pirouettes of the soloes of synths which don't trivialize at any times their harmonious approaches.
"Odyssey ' 93" doesn't waste time. The sequences are nervous and sculpt a vivid approach which skips in the synth vapors perfumed of Tangerine Dream, era the 80's. The synth already coos with dreamy solos, such as a loving heart filled with nostalgia. Running over the 12 minutes of the title, these solos represent the quintessence of EM, a little as a very good guitarist of Jazz with agile fingers which are connected to the emotions of Stephan Whitlan. Little carillons begin tinkling around the 6th minute. Set apart these ringings and an emotive gradation in the synth vapors, always very TD, and in the ornamental elements, "Odyssey ' 93" pursues a minimalist path with just enough swiftness in its passionate bolero to keep the interest of my ears. I like "Leitrim" very much. It's this kind of a heart crush that will give you the goosebumps with wonderful solos as acute and precise than the charms of an opera singer. The rhythm is all the opposite of "Odyssey ' 93", in fact one would say a kind of remix in its structure of rhythm, with a slower approach which leans on percussions and good effects of percussions. "... Too Much Time" breaks the mold of the hypnotic charms with a nervous approach set on the use of an imaginary xylophone. In Stephan Whitlan's universe, the synthesizer is important just as much than the guitar for Mike Oldfield. I like doing the parallel here because this short title does very MB with a nice little bucolic and quite cute tune in flute which gets loose from a structure overhung by a rhythm driving with the greed of a train to eat its own rails.
Except for its introduction, and a short ambiospherical passage, "Spacetime" has absolutely nothing of a title of cosmic ambiences. The first movement of the sequencer forges a spheroidal rhythm which is of use as basis to a synth always very creative, both at the level of the solos and of the effects, which sound like a life in an airlock, and segments of melodies which are scattered on a rhythmic structure sometimes discreet and sometimes dominant. "Sad Day" carries with dignity the sense of its naming. The music is charmingly tinted with an approach of dark and poetic movie of the French cinema in the 60-70 years. The rhythm is pulsating but not really livened up. The pulsations are rather of use as a rhythmic bed to a synth which spreads superb solos over its 12 minutes. Sober and lugubrious, the structure of rhythm shakes a more crystalline shadow which gets excited in some places, amplifying these shivers which run over our arms in front of these dreamy and extremely melancholic solos. "Pulstrain" is all in sequences! Whitlan uses a structure where the sequencer releases some lines of rhythms which skip with an effect of gap, so settling a spasmodic but not really very excited rhythm, where pour in harmonious vapors always very TD, period 80's. In spite of a strong essence of the MIDI years, the movement remains rather attractive and Whitlan inserts even a suite of harmonious sequences to it. "Untitled" begins our journey towards the unknown with a very spatial opening. On the narration of a voice in background the sequences begin swirling as snatched in sinusoidal winds. The décor makes strangely very wintry music and the voice reminds me of Mike Oldfield in Ommadawn (Horseback). Shimmering elements and electronic effects remain in suspension to follow finally a charming circular curve (you remember Lucky Charms?). And then the voice switches off these atmospheres of cosmic carnival to dip back this title towards these circular phases which this time hang on to a structure of Boom-Boom-Tschitt Tschitt where dance and spin around another avalanche of solos which sound very musical in spite of an envelope of improvisation. If the first part is soberer, "Untitled" explodes in its 2nd half, both in the rhythm and in the intensity in the ambiences as well as in the bites of the synth solos.
Even if Stephan Whitlan presents us old material, I quite liked this 2nd rendezvous with this English musician forgotten in this avalanche of emergent artists in an EM of the kind since a dozen years. His music is very different with a clear propensity for the harmonious side and for the use of synths, letting the sequencers play their roles of rhythms builder. At this level, the synth and the sequencer agree marvelously on “Second Site” and it's perfect for our ears.

Sylvain Lupari (April 16th, 2018) ***¾**
synth&sequences.com
You will find this album on Groove NL
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Les choses se bousculent dans l'univers de Stephan Whitlan. Après sa participation au Festival Awakenings en Novembre 2017 et son album en collaboration avec Ron Boots, Seven Days, le musicien Irlandais confirme son retour avec un nouvel album bourré de vieilles musiques. Les compositions sur “Second Site” remontent à la période pré Reference Map et ont été interprétées, pour la plupart, dans le cadre du Awakenings avec Ron Boots, Frank Dorritke et Harold van der Heijden. Et un peu comme dans Seven Days, la musique électronique de Stephan Whitlan repose principalement sur les synthés. Le séquenceur multiplie les axes de rythmes minimalistes où se greffent par moments une autre ligne afin de soutenir les pirouettes acrobatiques des solos de synthés qui ne banalisent en aucun moment leurs approches harmoniques.
"Odyssey '93" ne perd pas de temps. Les séquences sont nerveuses et sculptent une vive approche qui sautille dans des vapeurs de synthé parfumées de Tangerine Dream, années 80. Le synthé roucoule déjà avec des solos rêveurs, comme un cœur amoureux rempli de nostalgie. Courant sur les 12 minutes du titre, ces solos représentent la quintessence de la MÉ, un peu comme un très bon guitariste de Jazz, avec des doigts agiles qui sont connectés avec les émotions de Stephan Whitlan. Des petits carillons se mettent à tinter autour de la 6ième minute. Mise à part ces tintements et une gradation émotive dans les vapeurs de synthé, toujours très TD, et dans les éléments décoratifs, "Odyssey '93" poursuit une route minimaliste avec juste assez de vélocité dans son boléro passionnel pour maintenir l'intérêt de mes oreilles. J'aime beaucoup "Leitrim". C'est le genre de musique coup-de-cœur qui donne la chair de poule avec de superbes solos aussi aigues et précis que les charmes d'une cantatrice. Le rythme est tout le contraire de "Odyssey '93", en fait in dirait un remixe dans sa structure de rythme, avec une approche plus lente qui mise sur des percussions et de beaux effets de percussions. "... Too Much Time" casse le moule aux charmes hypnotiques avec une approche nerveuse arquée sur l'utilisation d'un xylophone imaginaire. Dans l'univers de Stephan Whitlan, le synthétiseur est tout autant important que la guitare pour Mike Oldfield. J'aime la parallèle car ce court titre fait très MO avec un beau petit refrain bucolique en flûte et tout mignon qui se détache d'une structure surplombée par un rythme roulant avec la gourmandise d'un train pour manger ses rails.
À part son introduction, et un court passage ambiosphérique, "Spacetime" n'a absolument rien d'un titre d'ambiances cosmiques. Le premier mouvement du séquenceur forge un rythme sphéroïdal qui sert d'assise à un synthé toujours très créatif, tant au niveau des solos que des effets, qui font très intérieur d'un sas, et des segments de mélodies qui sont éparpillés sur une structure rythmique tantôt discrète et tantôt dominante. "Sad Day" porte dignement le sens de son titre. La musique est délicieusement teintée d'une approche de film sombre et poétique du cinéma français des années 60-70. Le rythme est pulsatif mais pas vraiment animé. Les pulsations servent plutôt de lit rythmique à un synthé qui répand de splendides solos sur près de 12 minutes. Sobre et lugubre, la structure de rythme agite une ombre plus cristalline qui s'excite à quelques endroits, amplifiant ces frissons qui nous parcourent les bras devant ces solos rêveurs et archi mélancoliques. "Pulstrain" est tout en séquences! Whitlan utilise une structure où le séquenceur libère quelques lignes de rythmes qui sautillent avec un effet de décalage, arrangeant ainsi un rythme spasmodique, mais pas vraiment très excité, où coulent des vapeurs harmoniques toujours très TD, période 80. Malgré une forte essence des années MIDI, le mouvement reste assez séduisant et Whitlan insère même une suite de séquences harmoniques. "Untitled" amorce notre voyage vers l'inconnu avec une ouverture très spatiale. Sur les narrations d'une voix en arrière-scène les séquences se mettent à tournoyer comme happées dans des vents sinusoïdaux. Le décor fait étrangement très musique hivernale et la voix me fait penser à du Mike Oldfield dans Ommadawn (Horseback). Les éléments carillonnants et les effets électroniques demeurent en suspension pour finalement suivre un courbe circulaire enchanteresse (vous vous souvenez des Lucky Charms?). Et puis la voix éteint ces ambiances de carnaval cosmique pour replonger ce titre vers ces phases circulaires qui cette fois-ci s'accrochent à une structure de Boom-Boom-Tschitt Tschitt où dansent et tournicotent un autre torrent de solos qui sonnent très musicaux en dépit d'une enveloppe d'improvisation. Si la première partie est plus sobre, "Untitled" explose en 2ième moitié, tant en rythme qu'en intensité dans les ambiances et dans les morsures des solos de synthé.  
Même si Stephan Whitlan nous présente du vieux matériel, j'ai bien aimé ce 2ième rendez-vous avec ce musicien Anglais oublié dans cette avalanche d'artistes émergents en MÉ du genre depuis une douzaine d'années. Sa musique est très différente avec une nette propension pour le côté harmonique et pour l’utilisation des synthés, laissant les séquenceurs jouer le rôle de constructeurs de rythmes. À ce niveau, le synthé et le séquenceur s'accordent à merveille sur “Second Site” et c'est parfait pour les oreilles.

Sylvain Lupari (16/04/18)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire