vendredi 6 avril 2018

FABER: Monumentum (2018)

“Monumentum has this other tiny zest of complexity that at the end can be tame rather easily. I guess that it depends of the ears”


1 Ancient Monument 9:18
2 Sacred Spirit 5:48
3 No other Way 6:06
4 Bataranga 5:05
5 Lost Ship 7:05
6 Mistery Lake 5:24
7 Steps Ahead 4:28
8 Night Dreams 7:45
9 Gate of Ishtar 7:33
10 Sacred Spirit reprise 3:16

MellowJet Records | cdr-fa1801 (CD/DDL 61:48)
(New Berlin School, e-rock & synth-pop)
====================================
   **Chronique en français plus bas**
====================================

After a little break of 2 years, Faber returns in good shape with an album always so filled of tones and of evolutionary movements which make these charms of an EM that we tame from listening to listening. We have to abandon our ears to the music of Faber, because Ronald Schmidt passed master in the manipulation and the design of sounds while pushing his compositions towards unsuspected avenues. Assisted by Freddy Schlender, very good on guitar, and by Jann Hansen on trombone, Faber proposes with “Monumentum” about ten titles of an EM refined by various essences. There is for all the tastes, even that sometimes it slides deliciously in the territories of the psychedelic rock of the 60's.
As usual, a dark wave buzzed slightly at the opening of "Ancient Monument". Others follow with related and opposite tones, leading the ambiences towards a sort of cinematographic introduction where the synth layers are laying down these apocalyptic flavors of Vangelis. Some sixty seconds farther, a pulsation resounds and sculptures an ambient rhythmic approach rather melodious. These sequences are zigzagging under the hold of these synth tears warnings of disaster. Sound effects, little like chains that one unwinds, militate in favor of a chthonian world while the synth solos are painting a more aerial universe. The rhythm remains ambient up until the arrival of the percussions which redirect the beat towards a soft rock approach. Arpeggios are tinkling from all over. So much that my ears are sweating in order to follow this sound parade which develops quietly with an armada of percussive tones. Freddy Schlender loosens finally his fingers to sculpt some ethereal solos. And suddenly, I feel sliding in an old universe. The one of the muddy and nebulous of the American psychedelic rock with these solos which fly over a soft but lively rhythm. A little like a tribal dance of adoration. Except that Faber resumes things back by freeing bright and harmonious arpeggios which sparkle until one finale where the darkness, and their slow sonic swords, gobble up a title which we want to rehear. This sound journey through out the evolutionary 10 minutes of "Ancient Monument" depicted very well the rich pallet of tones of Faber's always evolving music world. And as every Ronald Schmidt's album hides a small melodious pearl, "Sacred Spirit" seduces at the first listening. Anchored on a bass pulsation and good percussive effects, the pulsing beat is tied to a movement of circular sequences to which we graft a harmonious touch. A dense layer of violins catches the beat, switching it around for an astral ballad that a voice caresses of ether while heavy strata of organ are going in the opposite sense. The enveloping orchestrations and the harmonious sequences are weaved in charm and when the huge organ layers show up, we remain nailed on the spot. Furthermore, these ghostly layers and the Enigma choir are the core of the intense vibes of "Sacred Spirit (Reprise)" which, on the other hand, is less harmonious and less animated.
"No other Way" follows with a bouncy beat which is knotted by throbbing pulsations and Teutonic percussions. Effects of chains roam again in this rhythmic decor and a line of sequences isolates itself to weave some stroboscopic strands. The percussions are in the tone and shape a kind of cardiac beat. The guitar dominates with good solos of floating rock which fly in a lunar setting. And that flows rather well. There are effects of voices and a tune, in touch with the title, is hummed in the slow drifting of the violins. "Bataranga" is some solid EDM with the usual Boom-Boom-Tchack-Tchack elements and a structure of melodious sequences. We are in the dance music style of Element 4! "Lost Ship" is also in the kind of EDM, as much as one admits these structures of rhythm which jump like a Hip-Hop without words or singing nor effects of voice. Layers of synth are covering this bouncy structure, always fed well at the level of the percussions, where get grafted other good guitar solos. I’m a nostalgic and the more I listen to some parts of music here and the more I think of the American West Coast rock music in the time of Iron Butterfly, probably because of the organ, with this hopping rhythm which is slow enough to establish a climate of sensuality. If we like the genre we are going to taste the ears wide open the catchy rhythm jumping up on airs of mad Jazz which is the festive "Steps Ahead". The beat meets the title! "Mistery Lake" is a sweet ballad sets on the riffs of a Gibson with a small degree of emotionalism weaved by airs of trombone and some rather intense orchestrations here. The synth is dreamy with good harmonious solos. "Night Dreams" is the other electronic ballad of “Monumentum”. The synth pierces our wall of insensitivity with a catchy voice which sings like an enchanter specter. The rhythm is slow and swirls with sober percussions, flickering sequences and layers which are fragile of their orchestral envelopes. "Gate of Ishtar" embraces also cinematic vision with an intense introduction where sparkle these organic tones of a spheroidal movement of the sequencer. The synth draws an ear-catchy melody on a nest of slow orchestrations. The fragments of melody hang onto our emotions as quick as this jumping beat which draws its inspirations from "Lost Ship".
Two years after Earthbeats, Faber has lost nothing of his touch at the level of writing and especially how to spread a load of tones and touching orchestrations. Developed well and especially wrapped well in effects of percussions and in lines of sequences which play several roles, “Monumentum” is at the height of this accessible EM from the Mellow-Jet Records label with just what one needs that to add a tiny zest of complexity that at the end can be tame rather easily, depends of the ears. There is of everything, there is a lot, but never nothing in much!

Sylvain Lupari (April 5th, 2018) *****
synth&sequences.com
You will find this album on the MellowJet Records shop
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Après une petite distance de 2 ans, Faber revient en forme avec un album toujours aussi rempli de tons et de mouvements évolutifs qui font ces charmes d'une MÉ que l'on apprivoise d'écoute en écoute. Il faut savoir abandonner ses oreilles à la musique de Faber, car Ronald Schmidt est passé maître dans la manipulation et la conception des sons tout en poussant ses compositions vers des avenues insoupçonnées. Appuyé par Freddy Schlender, très bon à la guitare, et par Jann Hansen au trombone, Faber propose avec “Monumentum” une dizaine de titre d'une MÉ raffinée par différentes essences. Il y en a pour tous les goûts, même que parfois elle glisse savoureusement dans les territoires du rock psychédélique des années 60.
Comme d'habitude, une onde sombre vrombie légèrement en ouverture de "Ancient Monument". D'autres suivent avec des tonalités connexes et contraires, conduisant les ambiances vers une introduction cinématographique où les nappes de synthé propagent ces parfums apocalyptiques de Vangelis. Une 60taine de secondes plus loin, une pulsation résonne et sculpte une approche rythmique ambiante assez harmonique. Ces séquences zigzaguent sous l'emprise de ces larmes de synthé annonciatrices de désastre. Des effets sonores, un peu comme des chaines que l'on déroule, militent en faveur d'un monde chtonien alors que des solos de synthé peinturent un univers plus aérien. Le rythme reste ambiant jusqu'à l’arrivée des percussions qui redirigent le tempo vers une approche plus soft rock. Des arpègent tintent de partout. Mes oreilles peinent à suivre cette parade sonique qui se développe tranquillement avec une armada de tonalités percussives. Freddy Schlender délie finalement ses doigts pour sculpter des solos éthérés. Et tout à coup, je me sens glisser dans un vieil univers. Celui vaseux et nébuleux du rock psychédélique américain avec ces solos qui volent au-dessus d'un rythme mou mais entraînant. Un peu comme une danse tribale de dévotion. Sauf que Faber reprend le collier en libérant des arpèges lumineux et harmoniques qui scintillent jusqu'à une finale où les ténèbres, et leurs lentes épées soniques, engloutissent un titre que l'on veut réentendre. Ce voyage sonique au travers les 10 minutes évolutives de "Ancient Monument" dépeint fort bien la musique riche et toujours en mouvement de Faber. Et comme chaque album de Ronald Schmidt propose une petite perle mélodieuse, "Sacred Spirit" séduit à la première écoute. Ancré sur une basse pulsation et de bons effets percussifs, le rythme pulsatoire est attaché à un mouvement de séquences circulaires auquel on y greffe une touche harmonieuse. Une nappe de violons agrippe le rythme, le permutant en une ballade astrale qu'une voix caresse d'éther alors que de lourdes nappes d'orgue font dans le sens contraire. Les orchestrations enveloppantes et les séquences harmoniques sont tissées dans le charme et lorsque les géantes nappes d'orgue arrivent, on reste cloué sur place. D'ailleurs ces nappes fantomatiques et la chorale à la Enigma sont le cœur des intenses ambiances de "Sacred Spirit (Reprise)" qui est par contre moins harmonieux et moins animé.
"No other Way" suit avec un tempo saccadé qui est noué par des pulsations vrombissantes et des percussions teutoniques. Des effets de chaînes rôdent dans ce décor rythmique et une ligne de séquences s'isole afin de tisser des filaments stroboscopiques. Les percussions sont dans le ton et manipulent un genre de beat cardiaque. La guitare domine avec de bons solos de rock flottant qui volent dans un décor lunaire. Et ça coule plutôt bien. Il y a des effets de voix et un refrain, en rapport avec le titre, est fredonné dans les lentes dérives des violons. "Bataranga" est du solide EDM avec des Boum-Boum-Tchack-Tchack et une structure de séquences mélodieuses. Nous sommes dans le la musique de danse du style Element 4! "Lost Ship" est aussi dans le genre EDM, en autant qu'on y admette ces structures de rythme qui font un genre de Hip-Hop sans voix, ni effets de voix. Des nappes de synthé recouvrent cette structure bondissante, toujours bien nourrie au niveau des percussions, où se greffe d'autres bons solos de guitare. En fait, plus j'écoute et plus je pense à du bon rock de la Côte Ouest Américaine dans le temps d'Iron Butterfly, probablement à cause de l'orgue, avec ce rythme sautillant qui est assez lent pour instaurer un climat de sensualité. Si on aime le genre, on va se déguster les oreilles avec le puissant rythme bondissant sur des airs de Jazz délabré qu'est le festif "Steps Ahead". Le rythme est à la mesure du titre! "Mistery Lake" est une douce ballade sertie sur des riffs de Gibson avec un petit degré d'émotivité tissé par des airs de trombone et des orchestrations plutôt intenses par moments. Le synthé est rêveur avec de bons solos harmoniques. "Night Dreams" est l'autre ballade électronique de “Monumentum”. Le synthé perce notre muraille d'insensibilité avec une attrayante voix qui chante comme un spectre envouteur. Le rythme est lent et tournoie avec de sobres percussions et des nappes de synthé qui sont fragiles de leurs enveloppes orchestrales. "Gate of Ishtar" embrasse aussi une vision filmique avec une introduction intense où pétille ces tonalités organiques d'un mouvement sphéroïdal du séquenceur. Le synthé dessine une attrayante mélodie sur un bon nid d'orchestrations lentes. Les bribes de mélodie accrochent aussi instantanément que ce rythme bondissant qui puise ses inspirations dans "Lost Ship".
Deux ans après Earthbeats, Faber n'a rien perdu de sa touche au niveau des compositions et surtout des arrangements. Bien développés et surtout bien enveloppés dans des effets de percussions et des lignes de séquences qui jouent plusieurs rôles, “Monumentum” est à la grandeur de la MÉ accessible du label Mellow-Jet Records avec juste ce qu'il faut pour ajouter un petit zest de complexité qui au final se dompte plutôt bien, au goûts de nos oreilles. Il y a de tout, il y en a beaucoup, mais jamais rien de trop!
Sylvain Lupari 05/04/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire