jeudi 25 janvier 2018

NOMAD HANDS: Space Watch (2017)

“This is a strong, a huge opus of pure EM wonders which follows the main lines of The Tape, the best album of 2014”
1 Twice 5:52
2 Peter is Bach 6:40
3 Cognitive Connection 13:17
4 What Time is it? 6:40
5 Making Sense 4:28
6 Le Mécanisme d'Anthicythère 11:44
7 You Must Play Monotonus 7:44
8 L'Horloge Cosmique 223 14:12

Patch Work Music (CD 70:51)
(Berlin School, French School)
Do you remember this splendid album The Tape which was released on PWM by December 2014? This surprising album was going to become my preferred of this year, and for a good reason! Helped by Mourad Ait Abdelmalek on drums and percussions on half of the album, Olivier Briand knitted wonderful synth solos which sent us back in the beautiful years of the duet Klaus Schulze/Harald Grosskopf. Some 3 years farther, Olivier Briand and Mourad Ait Abdelmalek does it again by forming the band Nomad Hands (a very appropriate name for 2 artists who have some very agile and explorer hands). They present us a first opus entitled “Space Watch”. An album which is in the continuity of The Tape with a priceless connection between both musicians who offers us quite a whole journey in the lands of EM.
Delicate arpeggios which skip and sparkle in crystal tones give a first very vintage electronic finery to "Twice". Clatters of cymbals tinkle in a parallel rhythmic vision while the sequencer loosens a line of bass sequences which oscillates heavily and gets melt with the dance of cymbals, leaving the melodious arpeggios melt in a sound decor which prioritizes a style of Jazz fusion by its nervous rhythm. Olivier Briand textures here good harmonious solos which are like the whistles of a dreamer dancing against the flow of his musing. More centered on the melodious approach of the synth, the arpeggios are truly sculpting some silvery earworms, "Twice" lays down nevertheless between our ears a double, even a triple, structures of rhythm which invent a fascinating ball of beats where the electronics and the acoustics already give thirst to the ears. After this first rather nice title, "Peter is Bach" tumbles with a series of sequences and of which the keen oscillations awake the spirits of a spasmodic E-rock. Mourad Ait Abdelmalek's percussions are completely freed of shyness now with quick and curt strikes where the tight skins resound with a fascinating and ear-catchy tone. The sequencer well settled, so that it can proposes small variations in its structure, Olivier Briand is busy with his synth (and Mellotron?) in order to weave these foggy layers which gave so much depth to the ambiences of that time and specially to sculpt solos and harmonious phases which, if my ears don't play me trick, sound strangely like Peter Baumann. In fact, only the percussions take us away from these reminiscences. After 2 first titles rather easy to gob, "Cognitive Connection" brings us to another level. The introduction is painted of mystery and of mysticism with layers of mists which seem to inhale and to hide imperfect beings, whereas a stream of clatters and of eddy noises haunts the Gothic atmospheres. In fact, one would imagine to be in the Usher house. A soft rhythm, crawling without much conviction, extricates itself from these shitty abysses a little after the point of 5 minutes. I hear of Heldon here! Especially with this line of bass sequence which crawls with noises of gurgling and these clatters of metallic elytron gigging on cymbals. The clatters exchange the metal tones for a wooden tap-dancing. And always this somber vampiric shadow which spreads its coat of suspense over the ambiences in mutation of "Cognitive Connection". And then poof! The music is melting in an avant-gardist décor where the ghosts of Heldon watch the evolution of an extra sensorial music which hears itself to be pecked by agile, and sometimes heavy even murderer, percussions of Mourad Ait Abdelmalek while Olivier Briand is the elegance itself behind his synth and his solos as charming as provocative for a sense of hearing eager for pure and sophisticated EM.
A very good title which is followed by the heavy and slow, almost theatrical, rhythm of "What Time is it?". The synth layers throw an aura as so misty as a new Phantom of the Opera while the percussions are always clearly incisive with a MAA which bangs and confronts his beatings of skin with a bed of sequences as fluid as a soft rhythmic river. "Making Sense" is a good hymn of a very Berliner E-rock. Still here, the tacticians of rhythm whom is Nomad Hands show a very beautiful chemistry by harmonizing sequences and percussions, leaving all the space to the imagination free of everything of all hinders Olivier Briand in the art to create harmonious fantasies a bit near psychosis, otherwise near this impression of anxiety, even if always very melodious, on this structure semi wild and semi accessible that is "Making Sense". "Le Mécanisme d'Anthicythère" is THE title of “Space Watch” and the title which gets closer the most to this illusion of Schulze/Grosskopf that we found in the magnificent The Tape. In a free style where the whole thing goes in perfect symbiosis, Olivier's solos set back to emphasize the surgical strikes of Mourad Ait Abdelmalek on drums and cymbals. We surpass here these landscapes of ethereal layers where roamed the arms of Grosskopf. The rhythm is frantic with short jerky strata and it's rather a human octopus and its long tentacles which hammer the drums and cymbals with a surprising variation and precision in the sharing of its two rhythmic values. This is an outstanding track my friends that I never stopped to listening to since! "You Must Play Monotonus" brings us back to the ground with a very energizing EM which is as lively as the best of Synth-Pop of New Order. Very awake and alert behind his keyboard, Olivier Briand throws beautiful harmonious phases which fit the precision and the liveliness of Mourad Ait Abdelmalek's hands on drums. The vocoder? Bah we notice it hardly. It's some solid E-rock polyphased which turns around short harmonious phases equal to a fall of stars on snowy tops. "L'Horloge Cosmique 223" ends this wonderful album with airs of Jazz fusion. The title has all the secrets of Berlin School with a floating introduction which quietly sets the tone to a disheveled structure of rhythm where spin the synth solos and where the bass sequences fight for their survival in front of a brilliant bludgeoning of the percussions. WoW, what an album my friends! An unavoidable and a pure monument of EM as a la Belle Époque. Like The Tape!
Sylvain Lupari (January 25th, 2018) ****½*
You will find a way to buy this album on PWM web shop
here

________________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
________________________________________________________________________________________
Vous vous rappelez du superbe album The Tape qui est sorti sur PWM en Décembre 2014? Ce surprenant album allait devenir mon préféré de cette année-là, et pour cause! Secondé par Mourad Ait Abdelmalek à la batterie et aux percussions sur la moitié de l'album, Olivier Briand tricotait de superbes solos de synthé qui nous renvoyait aux belles années du duo Klaus Schulze/Harald Grosskopf. Près de 3 ans plus loin, Olivier Briand et Mourad Ait Abdelmalek remettent ça en formant le groupe Nomad Hands (un nom très approprié pour 2 artistes aux mains agiles et exploratrices). Ils nous présentent un premier opus intitulé “Space Watch”. Un album qui est dans la continuité de The Tape avec une précieuse connexion entre les deux musiciens qui nous offre tout un voyage au pays de la MÉ.
De délicats arpèges qui sautillent et scintillent dans des tonalités de cristal donnent une première parure très électronique vintage à "Twice". Des cliquetis de cymbales tintent dans une vision rythmique parallèle alors que le séquenceur délie une ligne de basse séquence qui oscille lourdement et fusionne avec les cymbales, laissant les arpèges mélodieux fondent dans un décor sonique qui priorise un style de Jazz fusion dans son rythme nerveux. Olivier Briand texture ici de beaux solos harmoniques qui sont comme les siffles d'un rêveur dansant à contretemps de ses rêveries. Plus centré sur l'approche mélodieuse du synthé, les arpèges sculptent de vrais petits ver-d'oreille argentée, "Twice" pose néanmoins entre nos oreilles des structures de rythme qui s'inventent un fascinant bal où l'électronique et l'acoustique donne déjà soif aux oreilles. Après ce premier titre plutôt sympa, "Peter is Bach" déboule avec une série de séquences dont les vives oscillations entraînent une base de rock électronique spasmodique. Les percussions de Mourad Ait Abdelmalek se dégênent totalement avec des frappes rapides et promptes où les futs résonnent avec une fascinante et séduisante tonalité. Le séquenceur bien réglé, afin qu'il puisse proposer de petites variations dans sa structure, Olivier Briand s'affaire à son synthé (et Mellotron?) afin de tisser ces nappes brumeuses qui donnaient tant de rondeur aux ambiances de l'époque et surtout à sculpter des solos et des phases harmoniques qui, si mes oreilles ne me trompent pas, sonnent étrangement comme du Peter Baumann. En fait, seules les percussions nous soutirent de ces réminiscences. Après 2 premiers titres assez accessible, "Cognitive Connection" nous amène à un autre niveau. L'introduction est peinte de mystère et de mysticisme avec des nappes de brumes qui semblent respirer et cacher des êtres imparfaits, tandis qu'une kyrielle de cliquetis et de bruits de remous hantent des ambiances gothiques. En fait on se croirait dans la maison Usher. Un rythme mou, rampant sans grande conviction, s'extirpe de ces abysses foireux un peu après la barre des 5 minutes. J'entends du Heldon ici! Surtout avec cette ligne de basse séquence qui rampe avec des bruits de gargouillements et ces cliquetis d'élytres métallique giguant sur des cymbales. Les cliquetis troquent le métal pour des claquettes de bois. Et toujours cette sombre ombre vampirique qui étend son manteau de suspense sur les ambiances en mutation de "Cognitive Connection". Et pouf! La musique fond dans un décor avant-gardiste où les fantômes d'Heldon veillent sur l'évolution d'une musique extra sensorielle qui s'entend être picoré par les percussions agiles, et tantôt lourdes voire assassines, de Mourad Ait Abdelmalek alors qu'Olivier Briand est l'élégance même derrière son synthé et ses solos aussi enchanteurs que provocateurs pour une ouïe avide de MÉ pure et raffinée.
Un très bon titre qui est suivi du rythme lourd et lent, quasi théâtrale, de "What Time is it?". Les nappes de synthé jettent une aura aussi nébuleuse qu'un nouveau fantôme de l'Opéra alors que les percussions sont toujours nettement incisives avec un MAA qui laboure et confronte ses battements de fûts avec un lit de séquences aussi fluide qu'une douce rivière rythmique. "Making Sense" est un bel hymne de rock électronique très Berliner. Encore ici, les tacticiens du rythme qu'est Nomad Hands font montre d'une très belle chimie en harmonisant séquences et percussions, donnant libre cours à l'imagination libre de tout entrave d'Olivier Briand dans l'art de créer des lubies harmoniques un tantinet près de la psychose, sinon de cette impression d'angoisse, et ce même si toujours très mélodieux, sur cette structure mi- sauvage et mi- accessible qu'est "Making Sense". "Le Mécanisme d'Anthicythère" est LE titre de “Space Watch” et le titre qui se rapproche le plus de cette illusion de Schulze/Grosskopf que nous trouvions dans le splendide The Tape. Dans un style libre où le tout se moule en parfaite symbiose, les solos d'Olivier sont en retrait afin de mettre tout en valeur les frappes chirurgicales de Mourad Ait Abdelmalek. On dépasse ici ces paysages de nappes éthérées où couraient les bras de Grosskopf. Le rythme est frénétique avec de courtes strates saccadées et c'est plutôt une pieuvre humaine et ses longs tentacules qui labourent tambours et cymbales avec une étonnante variation et précision dans le partage de ses deux valeurs rythmiques. Un titre grandiose mes amis que je ne cesse d'écouter depuis! "You Must Play Monotonus" nous ramène sur terre avec une MÉ très énergisante et aussi vivante que le meilleur des Synth-Pop de New Order. Très allumé derrière son clavier, Olivier Briand lance de belles phases harmoniques qui s'ajustent à la précision et la vivacité des mains de Mourad Ait Abdelmalek sur les fûts. Le vocodeur? Bah…on le remarque à peine. Du solide rock électronique polyphasé qui tourne autour de courtes phases harmoniques égales à une chute d'étoiles sur des cimes enneigées. "L'Horloge Cosmique 223" termine ce superbe album avec des airs de Jazz fusion. Le titre à tous les secrets de la Berlin School avec une introduction planante qui tranquillement met la table à une structure de rythme échevelée où virevoltent les solos de synthé et où les basses séquences luttent pour leur survie face à un brillant matraquage des percussions. Ouf, quel album mes amis! Un incontournable et un pur monument de MÉ…comme à la belle époque. Comme The Tape!

Sylvain Lupari 25/01/2018
Peter is Bach

Aucun commentaire:

Publier un commentaire