jeudi 28 septembre 2017

IAN BODDY & MARKUS REUTER: Stay (2017)

“Stay is a very imposing ambient opus where Ian Boddy remains a musician for whom a challenge becomes a banality”
1 Waken 8:18
2 Haze 9:41
3 Vesper 10:02
4 Shore 9:05
5 Aeolian 9:30
6 Stay 9:09

DiN DDL19 (DDL 55:48) ****
(Dark ambient floating music)
A little bit as Derwish versus Unwound, “Stay” is the dark side of Momento. During the recording sessions of the 5th album of Boddy/Reuter, there was a huge bundle of recordings and tapes lost in the final selection of Momento's tracks. A package of lost ideas that Ian Boddy reworked and mixed in a clearly more ambient approach. Even if the album is totally stripped of rhythms, our senses travel with the slow impulses of the synth lines and of their frequencies of the twists which get intertwined like in a choreography where the dancers are carried by the cobwebs of the cosmos. And this, even if Momento has absolutely nothing to do with the intersidereal space. My ears have found here a very nice album of ambient music with a fascinating harmonious aspect and with some poignant passages which hide themselves behind a heap of synths lines and/or the wanderings of Markus Reuter's guitars who seems to me less present on this other side of Momento.
A murmur of synthesizer cries at the opening of "Waken", dragging in its nostalgic sound furrow a tiny quantity of lines among which the whimpering and the solos are more discreet and a little darker. This duality between the colors of the floating prayers of the synth assails our ears with the harmonious charms of the Ondes Martenot and plunge our senses into a profound astral meditation. We have now entered in the world of “Stay”. "Haze" also floats in a cosmic cocoon, but with more slowness and more intensity in its elongated movements. The effect of weightlessness and of floating in space is very striking. "Vesper" is also intimidating for the ears than the previous tracks with these slow movements of cosmic drift which leave a huger imprint, due to the presence of the of the Serge Modular swooshes. The movement reaches a summit of sound intensity unique to the grave tones of the Serge Modular, a synth which can offers two faces, two contrasting harmonies in the same furrow. "Shore" is just as much august with its perfumes of Roach and of Stearns in the same fight where the sibylline harmonies have some silvery reflects. It's a very beautiful title, my preferred one, where our subconscious can perceive layers of voices as much discreet than the murmurs of the fairies. In spite of its sweetness, "Aeolian" develops with an intensity which reaches new barometers here. Very full of imagery, the title takes off softly, collides violent breezes and closes as it has opened. "Stay" is the most disturbing title of “Sway” with its heavy hummings which cross the areas of quietude. A little like a black sky which threatens the tranquility of a meditation site.
I have found this “Stay” very imposing! Ian Boddy pursues here this adventure of meditative exploratory, with a very cosmic spirit, that he has developed in a more supported way with the coming of his Din DDL Bandcamp site. Always very skillful in the art to exploit the borders of the ambient music with a touch of musicality, due to the uncountable floating solos, and with a melodious side which suits becomes very well to this fascinating adventurous idea to dismantle and to amend a version and a vision of a previous work, Ian Boddy remains a musician full of resources for whom a challenge becomes a banality.

Sylvain Lupari (September 27th, 2017)
synth&sequences.com
You will find a way to purchase this album on DiN's Bandcamp shop
here
______________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
_____________________________________________________________________________________
Un peu comme Derwish versus Unwound, “Stay” est la face cachée de Momento. Lors des sessions d'enregistrement du 5ième album du duo Boddy/Reuter, il restait encore du matériel qu'Ian Boddy a retravaillé et mixé dans une approche nettement plus ambiante. Même si l'album est totalement dénudé de rythmes, nos sens voyagent avec les lentes impulsions des lignes de synthé et de leurs longilignes tortillages qui s'entremêlent comme dans une chorégraphie où danseurs et danseuses sont portés par les toiles du cosmos. Et ce même si Momento n'a absolument rien à voir avec le vide intersidéral. Je trouve que c'est un très bel album de musique ambiante avec un fascinant aspect harmonique et même des passages poignants qui se dissimulent derrière un amas de lignes de synthés et/ou des guitares de Markus Reuter qui me semble moins présent sur cet autre côté de Momento.
Un murmure de synthétiseur pleure en ouverture de "Waken", entraînant dans son nostalgique sillon une infime quantité de lignes dont les larmoiements et solos sont plus discrets et un peu plus sombres. Cette dualité entre les couleurs des oraisons flottantes du synthé assaille nos oreilles avec les charmes harmoniques des Ondes Martenot et plongent nos sens dans une profonde méditation astrale. "Haze" flotte aussi dans un cocon cosmique, mais avec plus de lenteur et plus d'intensité dans ses oblongs mouvements. L'effet d’apesanteur et de flottement dans l'espace est très saisissant. "Vesper" est tout aussi intimidant pour les oreilles des autres avec ces lents mouvements de dérive cosmique qui laisse une empreinte plus géante à cause la présence des ondes du modulaire Serge. Le mouvement atteint des sommets d'intensité sonore unique aux graves tonalités du Serge Modular, un synthé qui peut offrir deux figures, deux harmonies contrastantes dans le même sillon. "Shore" est tout autant auguste avec ses parfums de Roach et Stearns dans un même combat où les harmonies sibyllines ont des reflets argentés. C'est un très beau titre, mon préféré, où notre subconscient peut percevoir des nappes voix aussi discrètes que les murmures des fées. Malgré sa douceur, "Aeolian" se développe avec une intensité qui atteint des nouveaux baromètres ici. Très imagé, le titre décolle avec douceur, percute des brises violentes et se referme tout en douceur. "Stay" est le titre le plus dérangeant de “Sway” avec ses lourds bourdonnements qui traversent des espaces de quiétude. Un peu comme un ciel noir qui menace la tranquillité d'un site de recueillement.
J'ai trouvé “Stay” très imposant! Ian Boddy poursuit ici cette aventure de MÉ méditative exploratoire, à essence très cosmique, qu'il a développé d’une façon plus soutenue avec la venue de son étiquette Din DDL. Toujours très habile dans l'art d’exploiter les frontières de la musique ambiante avec une touche de musicalité, de par les innombrables solos flottants, et avec un côté mélodieux qui sied très bien à cette fascinante idée aventureuse de démanteler et d'amender une version et une vision d'une œuvre antérieure, Ian Boddy reste un musicien plein de ressources pour qui un défi devient une banalité.

Sylvain Lupari (27/09/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire