vendredi 3 mars 2017

BRÜCKNER & BETZLER: Triplet (2016)

“When EM with a fragrance of psy and prog goes wild and wilder, that gives Triplet! Another very good album from B&B”
1 The Trip 18:05
2 Trilogy 16:30
3 Doublette 22:38
4 (Three) To the Flame of Life 19:15

Groove Unlimited | GR-232 (CD 76:32 +DVD-R) ****
(Cosmic E-Rock)
The 1st thing which strikes the ear is the very smothered atmosphere which surrounds “Triplet”! A little as if the band of Michael Brückner and Tommy Betzler was in the next room! For the rest, this last sound madness of Brückner & Betzler brings us to the same hallucinogenic borders as Two, realized some 12 months earlier. It’s within the framework of the show offered at the E-Live festival of Oirschot, in the Netherlands in October 2016, that the roots of “Triplet” began to evolve. Or a few weeks before while the duet, which becomes finally a group of 4 musicians with the addition of Sammy David, which is clearly more present here, and of Fryderyk Jona, superb on the Moog Voyager, has developed the long sound textures on the basis of the improvisation for this concert.
The first seconds of "The Trip" are flooded by an avalanche of synth lines which flit around such as long trails of buzzing bubbles. A dramatic effect falls. It is followed by a piano, at the same time incisive and pensive as well as rollings of percussions smartly scattered among some well-structured gap between the rollings. With this introduction of atmospheres and very colorful tones, "The Trip" brings us to these sweet periods of madness where the LSD used to flow inside the veins in the nice time of the 70’s. And this floating journey gets some more of self-assurance with layers of voices, Mellotron flutes and riffs of guitars lost in this hallucinogenic decoration. Little by little, "The Trip" takes shape with sound perfumes which tickle our souvenirs. Souvenirs of Tangerine Dream of the Pink years and then the Blackouts and Correlations years of Ashra, when the title goes out of its cocoon of atmospheres at around the 8:30 minutes with a movement of the sequencer which frees loops of fluid rhythms. Loops which roll in loop and establish a steady pace where burst out percussions and guitar solos which make court to those of Fryderyk Jona's Moog. From ambient to heavily sequenced, "The Trip" engages in 3rd speed in a furious electronic progressive rock where the cacophony will never have been so delicious. After an introduction shaped on the same theme, "Trilogy" stays in the same plate with a good progressive and cosmic electronic rock which highlights the very aggressive guitar of Sammy David. His solos are energetic and his fingers seem as agile as a thick cloud of moths on a structure which flirts with a solid rock, the percussions are very good, and with short phases of ambiences, the effects of synth and this amalgam of pads and riffs which always spin in the background of the decoration are just in the times. Scorching, intense and very good, the walls are rippling and the ears bleed, it’s the kind of title that makes open wide the ears so much the sonic envelope is rich and multicolored!
"Doublette" is the only title to be performed by the duet of Brückner & Betzler. The pair explores the boundaries of EM with a first phase of ambiences where the synth layers are spinning with an effect of staccato between the meshes of the void, while a synth makes its laments go off the rails which reach the turbulences of a sequencer of which the oscillating chords are dancing with the crystal clear acrobatic touches of the electronic percussions. Little by little, the rhythmic bazaar settles down in the convent of "Doublette". Tommy Betzler's drum is ordering at a sustained pace to support the evasive movements of the sequencer and the synth solos that Michael Brückner throws with a surprising fluidity in the colors and the twists. The improvisation gets clearly more felt as the seconds run to the meter with a fight between percussions and effects of synthesizers which push "Doublette" in a kind of Jazz without borders. Well sat on these 23 minutes, Brückner & Betzler maintains a good pace. Even in the more ambient or the quieter phases which give them the necessary breath to make raise the very acid rhythms of "Doublette"."(Three) To the Flame of Life" explodes between our ears, following the finale rather silent of "Doublette", with clatter. Waves of cymbals are rolling over some wonderful solos from Fryderyk Jona and on the hoarse breathes of Michael Brückner's synth. A bass line chews its breath while are always singing these masterful solos which bring us to the essence of EM. Intense and poignant in its sound shroud which floats like the strange flavors of the 70’s, "(Three) To the Flame of Life" borrows a more livened up path just before the door of the 4 minutes with a good movement of the sequencer which structures its keys in a nice zigzag and among which the wide loops which it forms in an eight are crossed by another movement of sequences. We are in the most electronic phase of “Triplet” with sequences which are the cradle of a hopping cosmic rhythm coated of oneiric effects of cosmos and of songs of synth which coo like those whales in the bed of the oceans. The rhythm is steady and a synth gets loose from this oceano-cosmic environment in order to throw effects of robotics chirping. And it’s a few seconds farther that Tommy Betzler knocks out the rhythm with a sustained fury. Sammy David will follow later with some very good solos guided by agile fingers which like to draw wide loops filled of shrill colors. The title gains some rest in the astral tranquility such as imaged with images of Fryderyk Jona before bouncing in another heavy and swirling rhythmic surge decorated with other treasures in the forms of solos always so rich and fluid. Solos which are at the heart of the charms of this 2nd rendezvous with the music of Brückner & Betzler.
Now, “
Triplet” comes with a little cadeau. A DVD-R in limited edition which presents some interviews, in English and in German, of Michael Brückner, Tommy Betzler and Sammy David within the framework of the Oirschot concert. We can also view here the rehearsals of this concert with the visual concept which is signed by Edward Rink and Jeroen Bouma as well as to listen to MP3 files. In brief a little gift which is pleasant to look on a laptop because the navigation on a DVD player can turn out complicated with the proposed formats.

Sylvain Lupari (March 3rd, 2017)
gutsofdarkness.com & synthsequences.blogspot.ca
You will find this album on the Groove. nl catalogue here

La 1ière chose qui frappe l’oreille est l’ambiance très étouffée qui entoure “Triplet”. Un peu comme si la gang à Michael Brückner et Tommy Betzler était dans la pièce d’à côté! Pour le reste, cette dernière folie sonique de Brückner et Betzler nous amène aux mêmes frontières hallucinogènes que Two, réalisé quelques 12 mois plus tôt. C’est dans le cadre du spectacle offert au E-Live festival à Oirschot, au Pays-Bas en Octobre 2016, que les racines de “Triplet” ont commencé à germer. Soit quelques semaines auparavant alors que le duo, qui devient finalement un groupe de 4 musiciens avec les additions de Sammy David, qui est nettement plus présent ici, et de Fryderyk Jona, superbe sur le Moog Voyager, élaborait de longues textures soniques sur la base de l’improvisation pour ce concert.
Les premières secondes de "The Trip" sont inondées par une avalanche de lignes de synthés qui tournicotent comme des longues trainées de bulles bourdonnantes. Un effet dramatique tombe. Il est suivit d’un piano à la fois incisif et pensif ainsi que des roulements de percussions éparpillées avec un décalage bien structuré entre les roulades. Avec cette introduction d’ambiances et de tonalités très bigarrées, "The Trip" nous ramène vers ces douces périodes de folie où le LSD coulait dans les veines à la belle époque des années 70. Et ce voyage planant prend encore plus d’assurance avec des nappes de voix, une flûte mellotronnée et des riffs de guitares perdus dans ce décor hallucinogène. Peu à peu, "The Trip" prend forme avec des parfums soniques qui chatouillent nos souvenirs. Des souvenirs de Tangerine Dream des années Pink et puis les années Blackout et Correlations d’Ashra, lorsque le titre sort de son cocon d’ambiances autour des 8 minutes et demi avec un mouvement du séquenceur qui libère des boucles de rythmes fluides. Des boucles de rythmes qui roulent en boucle et instaurent une cadence soutenue où se déchainent des percussions et des solos de guitare qui courtisent ceux du Moog de Fryderyk Jona. D’ambiant à lourdement séquencé, "The Trip" enclenche en 3ième vitesse dans un furieux rock progressif électronique où la cacophonie n’aura jamais été aussi délicieuse. Après une introduction moulée sur le même thème que "The Trip","Trilogy" reste dans la même assiette avec un bon rock électronique progressif et cosmique qui met en évidence la très agressive guitare de Sammy David. Ses solos sont furieux et ses doigts semblent aussi agiles qu’une nuée de papillons de nuit sur une structure qui flirte avec du gros rock, les percussions sont très bonnes, et des courtes phases d’ambiances, les effets de synthé et ces nappes qui virevoltent toujours en fond de décor sont juste à point. Furieux, intense et très bon, les murs gondolent et les oreilles saignent, c’est le genre de titre qui fait écarquiller les oreilles tellement l’enveloppe sonore est riche et versicolore!
"Doublette" est le seul titre à être performé par le duo Brückner et Betzler. Le duo explore les confins de la MÉ avec une première phase d’ambiances où des nappes de synthé virevoltent avec un effet de staccato entre les mailles du vide, alors qu’un synthé fait dérailler ses complaintes qui atteignent les turbulences d’un séquenceur dont les accords oscillants dansent avec les limpides touches acrobatiques des percussions électroniques. Peu à peu, le bazar rythmique s’installe dans le couvent de "Doublette". La batterie de Tommy Betzler ordonne à un rythme soutenu de soutenir les évasifs mouvements du séquenceur et les solos de synthé que Michael Brückner lance avec une étonnante fluidité dans les couleurs et les torsades. L’improvisation se fait nettement plus sentir à mesure que les secondes courent au compteur avec une bagarre entre percussions et effets de synthétiseurs qui entraînent "Doublette" dans un genre de Jazz sans frontières. Bien appuyés sur ces 23 minutes, Brückner et Betzler maintiennent une bonne cadence. Même dans des phases plus ambiantes ou plus tranquilles qui leur donnent le souffle nécessaire pour faire lever les rythmes bien acides de "Doublette". "(Three) To the Flame of Life" explose entre nos oreilles, suite à la finale assez silencieuse de "Doublette", avec des fracas. Des vagues de cymbales roulent sur de superbes solos de Fryderyk Jona et les rauques respires du synthé de Michael Brückner. Une ligne de basse mastique sa respiration alors que toujours chantent ces magistrales solos qui nous ramènent à l’essence même de la MÉ. Intense et poignant dans son suaire sonique qui flotte comme les étranges parfums des années 70, "(Three) To the Flame of Life" emprunte un sentier plus animé avant la porte des 4 minutes avec un beau mouvement du séquenceur qui structure ses ions dans un bon zigzag et dont les larges boucles qui forment un huit sont traversées par un autre mouvement de séquences. Nous sommes dans la phase la plus électronique de “Triplet” avec des séquences qui sont le berceau d’un rythme cosmique sautillant nappé d’oniriques effets du cosmos et des chants de synthé qui roucoulent comme ceux des baleines dans le lit des océans. Le rythme est soutenu et un synthé se détache de cet environnement océano-cosmique afin de lancer des effets de pépiements robotiques. Et c’est quelques secondes plus loin que Tommy Betzler assomme le rythme avec une fureur soutenue. Sammy David suivra après avec de très bons solos guidés par des doigts agiles qui aiment dessiner de larges boucles aux couleurs criardes. Le titre se repait dans la tranquillité astrale telle qu’imagée par Fryderyk Jona avant de rebondir dans une autre envolée rythmique lourde et tournoyante ornée d’autres trésors sous formes de solos toujours aussi riches et fluides. Des solos qui sont au cœur des charmes de ce 2ième rendez-vous avec Brückner et Betzler.
Maintenant, “Triplet” vient avec un petit cadeau. Un DVD-R en édition limitée qui présente quelques entrevues, en Anglais et en Allemand de Michael Brückner, Tommy Betzler et Sammy David dans le cadre du concert d’Oirschot. On peut y visionner aussi les répétions de ce concert avec le concept visuel qui est signé par Edward Rink et Jeroen Bouma ainsi qu’écouter des fichiers MP3. Bref un petit cadeau qui est agréable à regarder sur un portable de préférence car la navigation sur un lecteur DVD peut s’avérer compliqué avec les formats proposés.
Sylvain Lupari (03/03/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire