lundi 26 juin 2017

PYRAMID PEAK: Roots (2017)

“This last opus of Pyramid Peak is an extraordinary voyage among the many years of the Peak with these always so exquisite patterns of evolutionary rhythms”
1 The Journey 20:20
2 Roots 18:51
3 Milestones 21:58
4 Offshore 11:48

Manikin | MRCD 7104 (CD/DDL 73:03) ****½
(Berlin and New Berlin School)
After a short sinister wave, seraphic songs flood our ears with slow orchestral waltzes where are trapped some electronic effects embalmed of a cosmic touch. Faithfull to the mark of Pyramid Peak, the introductions of the long evolutionary titles are sculptured with interchangeable elements which have this gift to draw our attention. Here, orchestrations get lost in the charms of synthesized songs while the effects borrow other tones. The universe of the Peak remains always constantly evolving, even when it's very slow mutations. Orchestrations and songs of synths are exchanging the introductory harmonies while discreetly the sound of ringings forms a first line of rhythm. An ambient rhythm which convulses subtly with jolts knotted around a line of continual riffs. Slowly, "The Journey" restores this line of charm between the unconditional fan of Pyramid Peak, whom I am, with a crowd of sound elements which lead to predict any rhythmic load at any time. Percussive effects, and their echoes, feed this perception while the synths draw some kind of celestial arabesques which sneak between these ringings that stimulated the opening of "The Journey". The movement gets stir a little before the point of the 7 minutes. Sequences, percussions and pulsations form a spasmodic movement which break over towards these delicious cosmic rock unique to the Peak's charms. Very Tangerine Dream layers decorate this rhythmic progression whereas that are always rolling these electronic embroideries which sing like some nightingales of another planet. The synth solos are splendid with these fragrances of ether which invalidate their furies without eliminating at all their harmonious charms. The minimalist structures are at the heart of the Pyramid Peak concept and at no time they guide us towards a sensation of tiredness of the listening. And even after 4 years of absence, the magic is always present. "The Journey" offers these little sonic treats, both in the rhythms as in the effects, which inflate admirably its crescendo. Like this other line of sequences, always very TD, which strolls behind these synth solos and which will redirect the cosmic rhythm of "The Journey" towards a more ambiospherical phase where the rhythmic elements remain on the alert, because "The Journey" will resume another structure of rhythm, more moderate, with synth solos always so charming.
Warning! The credibility of the author of this review could be soiled because he is a die-hard fan of
Pyramid Peak's music. But honestly, I don't believe that it will change anything at all; “Roots” survives very well to the colossal Anatomy published at the very end of 2013. Structured around 4 long titles in minimalist mode and always very evolutionary, “Roots” proposes a journey between the various stages of Pyramid Peak since Ocean Drive until this day. We find thus many cosmic elements there, which fed the atmospheres of the first albums of the Peak, as well as these movements of sequencer which structure these rhythmic crossroads in constant movement and impulses of crescendo which constantly gave gooseflesh to us. And as nothing is left at random in the wonderful universe of the Peak, the duet Andreas Morsch and Axel Stupplich injects some silky orchestrations which amplify even more the intensity of the rhythmic parameters of which the diverse transformations work inside amazing synths soloes which, besides the harmonious effects, throw layers of mists and of voices as in the nice time. The title-track is more ambiospherical and its intro resounds like Tangerine Dream of the 70’s with foggy layers and with small harmonious phases which generate a crowd of memories. A pasty voice and samplings of voices describe the story in music of the Peak, introducing a rhythmic portion livened up by a crossing between sequences and percussions before the synths loosen loops of ambient vibes which will guide us in this approach of a duck cackling an organic structure. The movement limps with a subtle fluidity under an avalanche of other great solos. It's the kind of title that makes us travel through our dreams. "Milestones" is the key point of “Roots” with some nice long minutes which pull us in the territories of Klaus Schulze and his collaboration with Pete Namlook in The Dark Side of the Moog IX. Wonderful! From slow to undecided, the rhythm progresses with heavy percussions which hammer a peaceful ascent of the sequencer. The solos inject ink of fire which draw lazy volutes of which the twists wind up and crumple on a cosmic rock which will explode a little after the point of 11 minutes. The sequencer is lively and oscillates swiftly under superb synth solos always very musical. We listen on a loop! Shorter title of this last adventure of Pyramid Peak, "Offshore" starts slowly in order to expose us to a structure of rhythm which evolves as if Chris Franke would be behind the sequencer. The sequences are agile and get jostle with fluid leaps, exposing other sequences which join a phase which oscillates as reeds under hot winds and of which the breezes are filled of splendid seraphic songs. Songs which are present all over “Roots” which amazes even more with its inescapable structures of rhythms in constants evolution and which make of the music of Pyramid Peak the rendezvous of the followers of the Berlin School, as retro as new genre.

Sylvain Lupari (June 26th, 2017)
synth&sequences.com
You will find info on how to get this album on the Manikin Bandcamp page here
-CHRONIQUE en FRANÇAIS-
Après une courte onde sinistre, des chants séraphiques inondent nos oreilles avec de lentes valses orchestrales où sont piégés des effets électroniques embaumés d'une touche cosmique. Fidèle à la marque de Pyramid Peak, les introductions des longs titres évolutifs sont sculptées avec des éléments interchangeables qui ont ce don d’attirer notre attention. Ici, les orchestrations se perdent dans les charmes de chants synthétisés alors que les effets empruntent d'autres tonalités. L'univers du Peak reste toujours en constante évolution, même lorsqu'il s'agit de très lentes mutations. Les orchestrations et les chants des synthés s'échangent les harmonies introductives alors que discrètement le son de tintements forme une première ligne de rythme. Un rythme ambiant qui convulse subtilement avec des saccades nouées autour d'une ligne de riffs continuels. Doucement, "The Journey" rétablit cette ligne de charme entre le fan inconditionnel de Pyramid Peak, ce dont je suis, avec une foule d'éléments soniques qui laissent présager une quelconque charge rythmique à tout moment. Des effets percussifs, et leurs échos, alimentent cette perception alors que les synthés dessinent des arabesques célestes qui se faufilent entre ces tintements qui stimulaient l'ouverture de "The Journey". Le mouvement s'agite un peu avant la barre des 7 minutes. Les séquences, les percussions et les pulsations forment un mouvement spasmodique qui débouchent vers ces délicieux rock cosmique unique au Peak. Des nappes très Tangerine Dream ornent cette progression rythmique alors que roulent toujours ces broderies électroniques qui chantent comme des rossignols d'une autre planète. Les solos de synthé sont splendides avec ces fragrances d'éther qui invalident leurs fureurs sans entacher pour autant leurs charmes harmoniques. Les structures minimalistes sont au cœur du concept de Pyramid Peak et en aucun temps elles nous guident vers une sensation de lassitude de l'écoute. Et même après 4 ans d'absence, la magie est toujours présente. Et "The Journey" offre ces petites gâteries soniques, tant dans le rythme que dans les effets, qui gonflent admirablement son crescendo. Comme cette autre ligne de séquences, toujours très TD, qui flâne derrière ces solos de synthé et qui redirigera le rythme cosmique de "The Journey" vers une phase plus ambiosphérique où les éléments rythmiques restent en alerte, car "The Journey" reprendra une autre structure de rythme, plus tempérée, avec des solos de synthé toujours aussi charmeurs.
Avis! La crédibilité de l'auteur de cette chronique pourrait être entachée puisqu'il est un fan fini de la musique de Pyramid Peak. Mais honnêtement, je ne crois pas que ça change quoi que ce soit; “Roots” survit très bien au colossal Anatomy publié à la toute fin de 2013. Structuré autour de 4 longs titres en mode minimaliste et toujours très évolutif, Roots” propose un voyage entre les différentes étapes de Pyramid Peak depuis Ocean Drive jusqu'à ce jour. On y retrouve donc beaucoup d'éléments cosmiques, qui nourrissaient les ambiances des premiers albums du Peak, de même que ces mouvements de séquenceur qui structurent ces carrefours rythmiques en constant mouvement et dont les élans de crescendo nous donnaient constamment la chair de poule. Et comme rien n'est laissé au hasard dans le merveilleux univers du Peak, le duo Andreas Morsch et Axel Stupplich injecte de soyeuses orchestrations qui amplifient encore plus l'intensité des paramètres rythmiques dont les diverses mutations œuvrent à l'intérieur d'étonnants solos de synthés qui, en plus des effets harmoniques, jettent des nappes de brumes et de voix comme à la belle époque. La pièce-titre est plus ambiosphérique et son intro résonne comme du Tangerine Dream des années 70 avec des nappes brumeuses et des petites phases harmoniques qui génèrent une foule de souvenirs. Une voix pâteuse et des échantillonnages de voix décrivent l'histoire en musique du Peak, initiant une portion rythmique animée d'un croisement entre séquences et percussions avant que les synthés délient des boucles d'ambiances qui nous guideront à cette démarche de canard caquetant une structure organique qui boitille avec une subtile fluidité sous une avalanche de très bons solos. C'est le genre de titre qui nous fait voyager à travers nos rêves. "Milestones" est le point fort de “Roots” avec de belles longues minutes qui nous entraînent dans les territoires de Klaus Schulze et de sa collaboration avec Pete Namlook dans The Dark Side of the Moog IX. Splendide! De lent à indécis, le rythme progresse avec des percussions lourdes qui martèlent une paisible ascension du séquenceur. Les solos injectent des encres de feu qui dessinent des volutes paresseuses dont les torsades s'enroulent et se défont sur un rock cosmique qui explosera un peu après le point des 11 minutes avec un séquenceur vif qui oscille vivement sous de superbes solos de synthé toujours très musicaux. On écoute en boucle! Plus court titre de cette dernière aventure de Pyramid Peak, "Offshore" démarre lentement afin de nous exposer à une structure de rythme qui évolue comme si Chris Franke serait derrière le séquenceur. Les séquences sont agiles et se bousculent avec des cabrioles fluides, exposant d'autres séquences qui se joignent à une phase qui oscille comme les roseaux sous des vents chauds et dont les brises sont remplies de superbes chants séraphiques. Des chants qui sont présent à la grandeur de “Roots” qui étonne encore plus avec ses incontournables structures de rythmes en constantes mutations qui font de la musique de Pyramid Peak le rendez-vous des adeptes de la Berlin School, autant rétro que nouveau genre.
Sylvain Lupari (26 Juin 2017)

vendredi 23 juin 2017

ARGH: Get it Right (2017)

“A musical project of Glenn Main, Get it Right aims a new audience for AD Music with a totally in the style of retro synth-pop”
1 Homemade Wings 3:42
2 Night of the Living Synth 4:29
3 Get it Right 3:51
4 Dream a Dream 3:23
5 No Romance 4:09
6 Run Away 4:29
7 Too Late to Say Goodbye 3:45
8 Superwish 3:33
9 Wonderful Life 4:46

AD Music ‎– Argh2017r (CD/DDL 36:05)
(Retro Synth-Pop)
I'm asking myself the same question quite often. Should I speak about it? Do I have to write about this 2nd album of the Norwegian band ARGH. Does it have its place in this vast library of EM that became Synth&Sequences? And then I said myself; why not? By respect for my readers and by respect to the AD Music label which aims at diversifying, in a wider range, the styles of its catalog, I told myself that to speak about it, if only just a little, can guide my readers towards a more sensible choice. And why this preamble? Because “Get it Right” from ARGH, standing for the initials of Andreas Ronbeck and Glenn Henrikson, is very far from this EM which livens up the debates here and which fires the curiosity of the aficionados of the Berlin School style and of all its derivatives. We are dealing here with an album of Synth-Pop, or Future Pop that depends of, with a singer and one or two keyboard players who are apparently inspired by the Depeche Mode model or by the Norwegian pop music band A-ha. And I imagine that the fact that Glenn Main Henriksen is behind this project helped this band so that it joins the ranks of the prestigious English label and thus to get more visibility.
Who says Glenn Main, who says
AD Music says quality! At this level, “Get it Right” won't have no difficulty to charm the fans of the kind. But is not Depeche Mode who wants! The music of ARGH, to say the least here, oscillates closer to the roots of romantic Synth-Pop and the bubblegum pink of the golden years of the kind and of MTV. The rhythms are little wild and the percussive effects are clearly less furious than in the structures of DM. I would go more to the kind Human League, especially when the voice of Iselin Main, Glenn Main's daughter, teams up with Andreas Ronbeck on vocals on titles as "No Romance" and the nice ballad "Run Away", of Howard Jones, Simple Minds or still Bryan Ferry in solo, in particular in "Wonderful Life", to describe better the 9 titles which lengthen hardly the 37 minutes of this album. There are good moments, like the very catchy "Night of the Living Synth", and many danceable titles which are built around dance beats like on David Bowie's Let's Dance if you want more reference tools. The approach remains very retro with rhythmic structures supported by beat-box percussions and very pastiches effects of the golden years of Synth-Pop. It's moreover one of weaknesses of this album. By offering a “Get it Right” more than seducing to the fans of the kind, the Norwegian duet (or trio?) forgets largely the innovative aspect. The sounds, the tones and the arrangements are in the heart of the 80's. It's agreeable, but more than 35 years later the kind has fairly evolved. Unless ARGH aims at the nostalgic. If it's the case, they aimed quite right! In brief; well-done Synth-Pop with tones of yesterday played with instruments of today. And it seems that the band is very good in concert with a highly inspired Glenn Main, who is quite a showman and who is surrounded by his daughter and son Nicko on keyboards.

Sylvain Lupari (June 22nd, 2017)
synth&sequences.com
You will find this album on the AD Music web shop here
-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-

Je me suis posé la question assez souvent. Devrais-je en parler? Est-ce qu'une chronique à propos de ce 2ième album du groupe Norvégien ARGH avait sa place dans la bibliothèque de MÉ qu'est devenu Synth&Sequences? Et puis je me suis dit; pourquoi pas? Par respect pour mes lecteurs et par respect le label AD Music qui vise à diversifier dans un plus large éventail les styles de son catalogue, je me suis dit qu'en parler, ne serait-ce qu'un petit peu, peut guider mes lecteurs vers un choix plus judicieux. Et pourquoi ce préambule? Parce que “Get it Right” de ARGH, pour les initiales de Andreas Ronbeck et Glenn Henrikson, est très loin de la MÉ qui anime les débats ici et qui enflamme la curiosité des amateurs du genre Berlin School et de tous ses dérivés. Nous avons affaire ici à un album de Synth-Pop, ou de Future Pop c'est selon, avec chanteur et claviéristes qui sont visiblement inspiré du modèle Depeche Mode ou du groupe de musique Pop Norvégien A-ha. Et j'imagine que le fait que Glenn Main Henriksen soit derrière ce projet a donné un coup de pouce à ce groupe pour qu'il rejoigne l'écurie du prestigieux label Anglais et ainsi obtenir plus de visibilité.
Qui dit Glenn Main, qui dit AD Music dit qualité! À ce niveau, “Get it Right” n'aura aucune difficulté à séduire les fans du genre. Mais n'est pas Depeche Mode qui veut! La musique de ARGH, à tout le moins ici, oscille plus près des racines du Synth-Pop romantique et rose-bonbon des années d'or du genre et de MTV. Les rythmes sont peu sauvages et les effets percussifs sont nettement moins endiablés que dans les structures de DM. J'irais plus dans le genre Human League, surtout lorsque la voix de Iselin Main, fille de Glenn Main, qui appuie le chanteur Andreas Ronbeck dans des titres comme "No Romance" et la belle ballade "Run Away", de Howard Jones, Simple Minds ou encore Bryan Ferry en solo, notamment dans "Wonderful Life", afin de mieux décrire les 9 titres qui allongent à peine les 37 minutes de cet album. Il y a de bons moments, comme "Night of the Living Synth", et beaucoup de titres dansables construits autour d'un Let's dance de David Bowie comme meilleur outil de référence. L'approche reste très rétro avec structures rythmiques soutenus par des percussions en boîtes et des effets très pastiches des années d'or de la Synth-Pop. C'est d'ailleurs une des faiblesses de cet album. En offrant un “Get it Right”, qui est tout de même assez séduisant, aux amateurs du genre, le duo Norvégien oublie grandement l'aspect innovateur. Les sons, les tons et les arrangements se situent dans la catégorie des années 80. C'est agréable, mais plus de 35 ans plus tard le genre a passablement évolué. À moins que ARGH vise les nostalgiques. Si c'est le cas, on peut dire mission accomplie. Bref; du Synth-Pop bien fait avec des tonalités d'hier rendues avec des instruments d'aujourd’hui. Et il paraît que le groupe offre tout un spectacle avec un Glenn Main inspiré qui est entouré de sa fille et son fils Nicko. Donc avis aux intéressés.

Sylvain Lupari (22 Juin 2017)

mercredi 21 juin 2017

ANDY PICKFORD: Vanguard III (2017)

“Vanguard III is a logical end of the first two chapters which have so superbly charmed us”

Free all Angels 6:06
Ritual (Electro Mix) 7:19
Could You Cry 5:07
Rise 6:58
Schadenfreude 5:53
Ahnenerbe 15:45
Transit 6:03
Elektra 5:57
Ascendance 5:47
Wished 6:24

AD Music ‎| AD177 (CD/DDL 71:22) ***¾
(E-Rock, EDM & Orchestral Cinematographic EM)
To be a fan of Andy Pickford can turn out destabilizing! I am not a fan from the very beginning, but I learnt to know the artist and to like his music since the adventure of Spank the Dark Monkey and Binar in the early 2000's. And after an absence of about 10 years, he made a strong comeback with the Vanguard trilogy begun in 2015 on the AD Music label. Since then, he widely compensated these years far from the scene of EM with not less than 10 albums in 2 years. And each of those album hides traps of seduction, otherwise of addiction. That takes some doing! Destabilizing because AP touches everything with the fervor and a rage to put his fans on a foot of alert by jumping from a style to another with as much ease as grace. In so doing, each album becomes an opened door towards a wonderful world of sounds, of rhythms and of ambience which are as well attractive as puzzling, like in this “Vanguard III”.
The adventure begins with a horn of plenty which let drops its sound prisms from the heavens, so pouring a delicate ethereal approach where ring a beautiful variety of celestial bells. "
Free all Angels" leans from now on a purely electronic rhythm which is transformed into a good rock. The bass is throbbing and its humming sometimes gets lost in full resounding layers of which the hoarse radiances try to forge fine stroboscopic circles. The percussions are in the tone and the synths decorate a sibylline beautification with pearled harmonies and layers of absent voices, which murmur in the background of this decoration, and arrangements of trumpets which give a festive air to this liberation of the angels. The tone is given for an album where every title abounds in soundscapes which feeds completely the voracity of our ears. In 2012, Andy Pickford realized a series of 6 E.P. among which EP#04: Ritual. It's from this E.P. that is taken the very Electronica "Ritual (Electro music Mix)". A mixture between Techno and Trance Goa, the music is lively and jerky like in these electronic parties where we turn around beneath wild stroboscopic effects. Besides all his talents, AP sings! Like here with the slow dance beat which is "Could You Cry". The music flows behind a wide curtain of mist, so giving this tint to the voice of AP. The tempo is hyper slow and the arrangements influence an approach of a love song where cry superb synth solos. Lise loves it and I have to admit that it passes well enough. We stay in the field of ballad with "Rise" and its circular movement which increases its intensity gradually in order to explode in another good electronic rock. That becomes rather intense and the voice of a Berber woman adds a touch of exoticism to a strong title which will turn pale on the other hand in front of the well of intensity that is the powerful "Ahnenerbe". After a very glamorous electronic rock in "Schadenfreude", another title with an evolution controlled by an emotionalism amplified by diverse arrangements and especially by the presence of a good synth / guitar with striking harmonious soloes, "Ahnenerbe" nails us in our armchair. Very filmic, the music streams like a thousand of lapping which sparkle and sing as these circles which extend by the grace of a finger over the peaceful surface of a lake. Timid, the intensity of the circles increases its emotional and dramatic value with heavy percussions and orchestral arrangements, in particular this angelic choir, which give the shivers that our soul needs to confirm our thirst of life. It's powerfully dramatic and we search everywhere so that our ears swallows all of this sound scenario which ends up like a storm on the ice floes of time. The voices of the NASA and the electronic chirpings reminds us that with Andy Pickford, we can expect everything!
Even in this mosaic of styles,
AP manages to weave thin links which unite the 10 titles and some 71 minutes of “Vanguard III”. The electronic chirpings go beyond the borders of "Ahnenerbe" and throw themselves into the static movement of "Transit" where riffs, orchestrations of the Dance Music years and effects get torn between a rock and a good EDM. The density and the sound fauna is abundant here as everywhere in “Vanguard III”. And this is true, no matter the styles. The weeping violin of "Elektra" reminds it to us with a beautiful ballad, sometimes light and sometimes intense, which supports very well the harmonious voice of an Elves woman. Still here, there is a cinematographic link to be weaved with rhythmic impulses which fly away like a knight leaving his lady-love just before the end credits of a movie. "Ancestry" is a title with dominant moods. Still here, the effects of goddesses voices caress melancholic chords where a delicate stroboscopic thread gets worn out. Catchy and filled by tenderness! "Wished" ends this last part of the Vanguard trilogy like the music of a pompous movie. The effects of orchestrations are as much poignant as very varied and the title progresses in strength with sequences which flash hard and around these felted percussions which are synonyms of Electronica's psybeats but which it not totally that. A very good title which will give you the same effect as "Ahnenerbe" and which closes a logical conclusion to the 2 first ones Vanguard where Andy Pickford has fun to fill our ears of delights. I heard that a new album, of the kind of Harmonics in the Silence and Shadow at the Gate is at our doors… Yummy Yummy…

Sylvain Lupari (June 20th, 2017)
synth&sequences.com
You will find this album on the AD Music web shop here

-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
Être un fan d'Andy Pickford peut s'avérer déstabilisant! Je ne suis pas un fan de la première heure, mais j'ai appris à connaître et aimer sa musique depuis l'aventure Spank the Dark Monkey et Binar au début des années 2000. Et après une absence de près de 10 ans, il revenait en force avec la trilogie Vanguard amorcée sur le label AD Music en 2015. Depuis, il a largement compensé ces années loin de la scène EM avec pas moins de 10 albums en 2 ans. Et chacun de ces albums cache des pièges de séduction, sinon d'addiction. Faut le faire! Déstabilisant parce qu'AP touche à tout avec la ferveur et la rage de mettre ses fans sur un pied d'alerte en sautant d'un style à l'autre avec autant de facilité que de grâce. Ce faisant, chaque album devient une porte ouverte vers un merveilleux monde de sons, de rythmes et d'ambiances qui sont aussi séduisants que déroutants, comme ce “Vanguard III”.
L'aventure débute par une corne d'abondance qui échappe ses prismes sonores des cieux, coulant ainsi une délicate approche éthérée où tintent une belle variété de clochettes célestes. "Free all Angels" s'appuie dès lors sur un rythme purement électronique qui se transforme en un bon rock. La basse est ronflante et ses vrombissements se perdent parfois dans des nappes pleines dont les radiations éraillées tentent de forger des cercles stroboscopiques. Les percussions sont dans le ton et les synthés ornent un décor sibyllin avec des harmonies perlées et des nappes de voix absentes, qui murmurent dans le fond de ce décor, et des arrangements avec des trompettes qui donnent un air de fête à cette libération des anges. Le ton est donné pour un album où chaque titre regorge d'un panorama sonique qui régale à fond la gourmandise de nos oreilles. En 2012, Andy Pickford réalisa une série de 6 E.P. dont EP#04: Ritual. C'est de cet E.P. qu'est soutiré le très Électronica "Ritual (Electro Mix)". Un mélange entre le Techno et le Trance Goa, la musique est vive et saccadée comme dans ces fêtes électroniques où l'on tourne sous des effets stroboscopiques. En plus de tous ses talents, AP Chante! Comme ici avec les slow-tempo qu'est "Could You Cry". La musique coule derrière un large rideau de brume, donnant ainsi cette teinte à la voix d'AP. Le tempo est hyper lent et les arrangements influencent une approche de chanson d'amour où pleurent de splendides solos de synthé. Lise adore et je dois admettre que ça passe assez bien. On reste dans le domaine de la ballade avec "Rise" et son mouvement circulaire qui augmente son intensité graduellement pour exploser dans un autre bon rock électronique. Ça devient assez intense et la voix d'une femme berbère ajoute un touche d'exotisme à un solide titre qui pâlira par contre devant le puits d'intensité qu'est le puissant "Ahnenerbe". Après un rock électronique très glamour en "Schadenfreude", un autre titre à évolution contrôlée par une émotivité amplifiée par divers arrangements et surtout la présence d'un bon synthé/guitare avec des solos harmoniques criants, "Ahnenerbe" nous enfonce dans notre fauteuil. Très cinématographique, la musique ruissèle comme des milliers de clapotis qui scintillent et chantent comme ces cercles qui s'étendent par la grâce d'un doigt sur une paisible surface d'un lac. Timide, l'intensité des cercles accroit sa valeur émotive et dramatique avec de lourdes percussions et des arrangements orchestraux, notamment cette chorale angélique, qui donnent les frissons que notre âme a besoin afin de valider notre soif de vie. C'est puissamment dramatique et on fouille partout afin que nos oreilles gobent tout de ce scénario sonique qui se termine comme une tempête échoue sur les banquises du temps. Les voix de la NASA et les bipbips électroniques nous rappelle qu'avec Andy Pickford, on peut s'attendre à tout!
Même dans cette mosaïque de styles, AP réussit à tisser de minces liens qui unissent les 10 titres et les quelques 71 minutes de “Vanguard III”. Les bipbips électroniques dépassent les frontières de "Ahnenerbe" pour se jeter dans le mouvement statique de "Transit" où les riffs, les orchestrations des années de la Dance Music et les effets se déchirent entre un rock et une musique de danse électronique. Mais peu importe! La densité et la faune sonore est foisonnante ici comme partout dans “Vanguard III”. Et ce, peu importe les styles. Le violon pleureur de "Elektra" nous le rappelle avec une belle ballade, tantôt légère et tantôt intense, qui supporte très bien une harmonieuse voix Elfique. Encore ici, il y a un lien cinématographique à tisser avec des impulsions rythmiques qui s'envolent comme un chevalier quittant sa dulcinée juste avant le générique de la fin. "Ascendance" est un titre avec des ambiances dominantes. Encore ici, les effets de voix de déesses caressent des accords mélancoliques où s'érode un délicat fil stroboscopique. "Wished" termine “Vanguard III” comme la musique d'un film pompeux. Les effets d'orchestrations sont aussi poignants que variés et le titre progresse en puissance avec des séquences qui clignotent avec ardeur et autour de ces percussions feutrées synonymes d'Électronica mais qui ne le sont pas toujours. Un très bon titre qui vous donnera le même effet que "Ahnenerbe" et qui clôture une suite logique aux 2 premiers Vanguard où Andy Pickford s'amuse en nous en mettre plein les oreilles. Paraitrait qu'un nouvel album, du genre de Harmonics in the Silence et Shadow at the Gate, est à nos portes…Miam Miam…
Sylvain Lupari (20/06/2017)

lundi 19 juin 2017

VANDERSON: Beyond Time Structure (2017)

“Here, Vanderson left the comfort zones of ambient Berlin School and purposes a trip to the lands of Boom-Boom, Doo-Doo and Tsitt-Tsitt wild and voracious”
1 Children of Andromeda 11:08
2 Outer Space 8:05
3 Reality 7:19
4 Underwater World 13:46
5 Invisible Contact 8:03
6 Sense 6:34
7 Time Travellers 9:01

MellowJet Records ‎| cdr-va1701 (CD/DDL 64:11) ***½
(EDM, IDM & Techno)
A cosmic wave rises from the East. Chirping of birds welcome this cosmic layer filled of comfort and serenity. Quite smoothly, "Children of Andromeda" begins like these small moments of tenderness which overflowed from the horns of plenty in the time of New Age. A superb movement of serenity where even flows these small swash of sequences … But there you have it! Since Vandisphere, Vanderson has undertook a Dance, a Techno and even a Trance bend. And if we had forgotten it, it's with tact that Maciej Wierzchowski reminds it to us because "Children of Andromeda" goes from ambient melodic to a very Berliner movement of the sequencer which is chewed and, eventually disemboweled by flickering sequences sucking of ambiences and by percussions in Techno mode. The movement transits then from Techno to Ambient House with short ambiospherical phases where the sequences flit around like keys without direction in a rhythmic which is always reborn of its ashes. "Children of Andromeda" is the warning shot of an album which aims to be merciless for the fans of Berlin School who savored the first opuses of the Polish synthesist. Except that we have to throw an ear behind these furious rhythms, because beyond all Vanderson tempts an union between those kinds which feed the Electronica and a Berlin School which hangs on here due to the sequencer and the ambiences.
Which is not completely the case of "
Outer Space" and its very Ambient House introduction with a touch of the 80's (Frankie Goes to Hollywood) and a very Underworld approach. Slow but filled of a ambiospherical heaviness, this rhythm is encircled by a line of stroboscopic sequences and decorated with a really catchy melody which is thrown by a synth more creative than lobotomized. The 2nd part is more lively, more energetic with thin lines of epileptic sequences which show more quickness. "Reality" is my first crush in “Beyond Time Structure”! After an introduction in the kind of sci-fi, the sequences fly lightly with hesitation before forming a slow and heavy aerial rhythm, as I like them, decorated with small jolts and with these small hoops which collide and form a line of jerky sequences. The percussions get fit to the beat and the union between them and the sequencer creates a light movement of gallop that a synth decorates of nice electronic syllables, as those in "Outer Space". Delicious from start to end which livens up with more liveliness. "Underwater World" is in the very Dance style. The intro is always imagined with electronic tones which evaporate in a phase of atmospheres. The lines of sequences are held in suspension, like these spatial squadrons which wait and flutter before diving towards an intergalactic war. They wait for a line of bass which gallop slowly and percussions which hammer a static rhythm with elastic doom-doom. This introductory spiral dives towards a steadier structure and wrapped with an approach of electronic effects which flirt a little with the model psybient. The more "Underwater World" moves forward and the more we feel this attraction towards a Goa Trance a la Jarre, Électronica era, with chords which spin in a circular and jolting approach. A little less long and that would have been better! Like with "Invisible Contact" which is slower and which is decorated with good solos which flee from the movements of acrobatic spirals. "Sensible" is in the kind of thing that I like, either a good slow beat with nice harmonies whistled as a walker admiring the landscapes. Certainly, there are Techno and dance effects as well as with robotics percussions and stroboscopic strands....but that remains a music of electronic dance (EDM) and that passes better in this little less wild approach. "Time Travellers" is the least energetic title of “Beyond Time Structure”! It always stays in the kind EDM, but with a slowness which places it between an E-rock and an EDM in an electronic decoration always so cosmic … as electronic.
Beyond Time Structure” proposes a new opus of Vanderson which isn't anymore, to say the least at this moment and in this album, the Vanderson that I discovered with Visions in 2011. But one has to evolve! No? And on the MellowJet label, and with the complicity of Bernd Scholl, Vanderson's EDM approach is deliciously well structured, mixed and mastered with highlight by all the knowledge of the MellowJet Records' own boss who adores working on these links between the EDM and the electronic rock side of the Berlin School. It took me some listenings, but I finally succumbed to the charms of some titles. And “Beyond Time Structure” deserves definitely to be in this mass of great diversity of the German label MellowJet Records. Me! Well, I think I did evolve over the past years…

Sylvain Lupari (June 18th, 2017)
http://synthsequences.blogspot.ca/
You will find this album on the MellowJet Records shop here

-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
Une onde cosmique s'élève de l'Est. Des pépiements d'oiseaux accueillent cette nappe cosmique remplie de confort et de sérénité. Tout en douceur, "Children of Andromeda" débute comme ces petits moments de tendresse qui débordaient des cornes d'abondance du temps du New Age. Un splendide mouvement de sérénité où ruissèle même ces petits clapotis de séquences…Mais voilà! Depuis Vandisphere Vanderson a entrepris un virage Dance, Techno et même Trance. Et si on l'avait oublié, c'est avec doigté que Maciej Wierzchowski nous le rappelle car "Children of Andromeda" transite de l'ambiant mélodique à un mouvement très Berliner du séquenceur qui se fait mastiquer et, éventuellement, éventrer par des séquences papillonnantes et suceuses d'ambiances et des percussions en mode Techno. Le mouvement transite alors de Techno à Ambient House avec de courtes phases ambiosphériques où les séquences volètent comme des ions sans direction dans une rythmique qui renaît toujours de ses cendres. "Children of Andromeda" est le coup de semonce d'un album qui se veut sans pitié pour les amateurs de Berlin School qui ont dégusté les premiers opus du synthésiste Polonais. Sauf qu'il faut jeter une oreille derrière ces rythmes endiablés, car au-delà de tout Vanderson tente une union entre ces genres qui nourrissent l'Électronica pur et dur et le Berlin School qui s'enracine de par le séquenceur et les ambiances.
Ce qui n'est pas tout à fait le cas de "Outer Space" et de son introduction très Ambient House avec une touche des années 80 (Frankie Goes to Hollywood) et une approche très Underworld. Lent mais plombé d'une lourdeur ambiosphérique, ce rythme est ceinturé d'une ligne de séquences stroboscopiques et orné d'une mélodie vraiment accrochante qui est lancée par un synthé plus créatif que lobotomisé. La 2ième partie est plus enlevante, plus énergique avec des filets de séquences épileptiques qui affichent plus de vélocité. "Reality" est mon premier coup de cœur dans “Beyond Time Structure”! Après une introduction dans le genre sci-fi, des séquences volètent avec hésitation avant de former un rythme aérien lent et lourd, comme je les aime, orné de petites secousses et de ces petits cerceaux qui s'entrechoquent et forment une ligne de séquences saccadées. Les percussions s'ajustent et l'union entre elles et le séquenceur crée un léger mouvement de galop qu'un synthé décore de belles syllabes électroniques comme celles dans "Outer Space". Savoureux du début à une fin qui s'anime avec plus de vivacité. "Underwater World" est dans le genre très Dance. L'intro est toujours imaginée avec des tonalités électroniques qui s’évaporent dans une phase d'ambiances. Des lignes de séquences se tiennent en suspension, comme ces escadrilles spatiales qui font du surplace et volètent avant de plonger vers une guerre intergalactique. Elles attendent une ligne de basse qui galopent doucement et des percussions qui martèlent un rythme statique avec des doom doom caoutchouteux. Cette spirale introductive plonge vers une structure plus soutenue et enrobée d'une approche d'effets électroniques qui flirtent un peu avec le modèle psybient. Plus "Underwater World" avance et plus on sent cette attirance vers un Goa Trance à la Jarre, période Électronica, avec des accords qui virevoltent dans une approche circulaire et saccadées. Un peu moins long et ça aurait été mieux! Comme avec "Invisible Contact" qui est plus lent et qui est agrémenté de bons solos qui fuient dans des mouvements de spirales acrobatiques. "Sense" est dans le genre de truc que j'aime, soit un bon beat lent et entraînant avec de belles harmonies sifflées comme un promeneur admirant les paysages. Certes, il y a des effets Techno et dance avec des percussions robotiques et des filets stroboscopiques…mais ça passe mieux dans une approche un peu moins sauvage. Mais ça reste une musique de danse électronique (EDM). "Time Travellers" est le titre le moins énergique de “Beyond Time Structure”. Ça reste toujours dans le genre EDM, mais avec une lenteur qui le place entre un rock électronique (E-Rock) et l'EDM dans un décor électronique toujours aussi cosmique…qu'électronique.
Beyond Time Structure” propose un nouvel opus d'un Vanderson qui n'est plus, à tout le moins pour l'instant de cet album, le Vanderson que j'ai découvert avec Visions en 2011. Mais il faut savoir évoluer! Non? Et sur le label de MellowJet, et avec la complicité de Bernd Scholl, son approche EDM est savoureusement mise en valeur par tout le savoir du boss de MellowJet Records qui adore tisser ce lien entre l'EDM et le côté Berlin School du rock électronique. Ça m'a pris quelques écoutes, mais j'ai finalement succombé aux charmes de quelques titres. Un album digne de la très grande diversité du label Allemand MellowJet Records.

Sylvain Lupari (18 Juin 2017)

samedi 17 juin 2017

WELLENFELD: Ten (2017)

“Ten is a good album which will please the fans of Wellenfeld as well as those who like a more dynamic electronic rock...but still very melodious”

Reflections 5:38
Warm Saturate 10:04
Secret Island 7:37
Ring of Saturn Part II 7:08
Lo-Fi System 7:45
Timecode 12:34
Vacuum 8:41
Nimbus 6:50

MellowJet Records ‎| cdr-wf1701 (CD/DDL 66:22) ***½
(E.Rock with strong melodic patterns and cosmic moods)
"Reflections" entails us in the universe of “Ten” with a delicious down-tempo slows down by an impressive collection of effects, of sequences and of harmonies. An expanding sound wave disgorges itself of its wooshh and of its cosmic elements, a bass pulsation and a line of sequences are crumbling their keys in unfinished stroboscopic circle. You have here 4 elements which decorate an introduction of hardly a few seconds. WElcome to the world of Wellenfeld! The bass pulse stutters under the winds of wooshh and of keyboard keys which stimulate an embryonic melody, while the percussions get in line in order to inject a hesitating structure of hip-hop with pretty good jolts. Heavy with its humming bass and its percussions which strikes us inside, but just as much mild with these sequences which sing in symbiosis with the brief harmonies of the synth while supporting the elements of rhythm with ornamental fluttering, "Reflections" is in mode charm and seduces us from the first seconds of “Ten”.
Why change a recipe that works? Without being a copy or a continuity of
Elements, “Ten”, standing for Wellenfeld 10th album, remains in the category of the good albums of electronic rock, and of electronic dance music which stuns so much the music always tends to take completely unsuspected tangents. Like "Warm Saturate" and its circular movement which makes us glide through a lively rhythm and these short passages of atmospheres which bring us near to the cosmos. Sequences are agile and the very harmonious synths while the decoration is weaved in orchestral lines. The beat does very Düsseldorf School at times and remains always in evolutionary mode without becoming dynamic. And this mixture between the music of cosmic dance, this rhythmic robotic and these few spacings under the stroboscopic reflections, like being under the intergalactic stars, gives this depth which explains the infatuation of the fans for the music of the duet Detlef Dominiczak & Andreas Braun. "Secret Island" is another title on which we hooked right away with its slow rhythm, but not too much, where sparkle these harmonious sequences of the Wellenfeld universe. Built on a sequence in two movements, the structure of rhythm can spin around, as can galloping slowly, with good sober electronic percussions and beneath the tunes of the sequences in tones of prisms and these harmonious murmurs coming from a charming mist. Everything is well measured in the universes of Detlef Dominiczak & Andreas Braun. And "Ring of Saturn Part II" proves it! Built a little on the model of "Reflections" but with a more liveliness in the rhythm, "Ring of Saturn Part II", Part One comes from the very good Trip To Illusion back in 2005, brings a very French cosmic touch with elements of Space Art around a beautiful movement of sequences which make chime the keys in leap's figure, as rhythmic as harmonic. What remains the most striking is this wealth of elements in place and at no moment we find that there is too much or it's lacking some. Showing thus a good mastering and a good mixing!
"
Lo-Fi System" is a safe bet where limp some gurgling bass sequences and other sequences which dance a kind of tap dance and which pelt on a semi-slow structure of rhythm deliciously beat up by these robot-like percussions. The harmonies are a little bit evasive and hardly communicative, but coupled to the effects and to the sequences, they become charmingly insidious. There too, I hooked up on the 1st listening! After an introduction all in astral nebulosity, "Timecode" shakes its rhythmic skeleton with a march of sequences which climbs an esoteric top. The tone of the sequences is as a reflection between black and white. But no matter, this tortuous movement becomes livened up with good spasmodic shocks which skip like the feet of a hind walking on a pond of fire. But little by little, this rhythm assembles its sequences in a more homogeneous movement underneath a veil of nice synth layers which inspire celestial tunes. Negotiating with a 3rd phase, a little more in the electronic rock kind, "Timecode" will face its 3 phases of rhythm under an avalanche of very well done solos. From a romantic ballad to a cosmic electronic rock of a delicious hypnotic slowness, "Vacuum" proposes a gentle string of sequences which conjugates harmonies and rhythms in an attractive minimalist circular movement which charms under those dense layers of voices, a recurrent element in “Ten”. "Nimbus" ends this 10th opus of Wellenfeld by a bumpy rhythmic of a Düsseldorf style where the sequences and electronic percussions skip with a good approach of lunar harmony. Always very melodious, the title evolves with an approach of progressive House and a touch of Dub which reminds me of Leftfield. Some good Wellenfeld here which won’t disappoint its fans, as well of those who like the EDM style, so much the wealth of elements and this subtle diversity in the rhythms and in the styles which never cease to crisscross themselves are making of “Ten” this kind of album which deserves to be known and to discovered again at each new listening.

Sylvain Lupari (June 16th, 2017)
http://synthsequences.blogspot.ca/
You will find this album on the MellowJet Records shop here
-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
"Reflections" nous entraîne dans l'univers de “Ten” avec un savoureux down-tempo alourdit par une impressionnante collecte d'effets, de séquences et d'harmonies. Une onde gonflante se dégorge de ses wooshh et de ses éléments cosmiques, une pulsation basse et une ligne de séquences émiettent ses ions en cercle stroboscopique inachevé. Vous avez là 4 éléments qui décorent une introduction d'à peine quelques secondes. Une pulsation basse bégaie sous les vents de wooshh et des accords de clavier qui stimulent une mélodie embryonnaire, alors que les percussions qui viennent insufflent une structure de hip-hop hésitante avec de bonnes secousses. Lourd avec sa basse vrombissante et ses percussions qui nous rentrent dedans, mais tout autant léger avec ces séquences qui chantent en harmonie avec les brefs airs du synthé tout en soutenant les éléments de rythme avec des papillonnements décoratifs, "Reflections" est en mode charme et nous séduit dès les premières secondes de “Ten”.
Pourquoi changer une recette qui lève? Sans être pour autant une copie de Elements, “Ten” pour le 10ième album de Wellenfeld, est dans la catégorie des beaux albums de rock électronique, et même de musique de danse électronique, qui étourdit tant la musique a toujours cette tendance à prendre des tangentes tout à fait insoupçonnées. Comme "Warm Saturate" et son mouvement circulaire qui nous fait planer à travers un rythme entraînant et ces courts passages d'ambiances qui nous amènent aux portes du cosmos. Les séquences sont agiles et les synthés très harmoniques alors que la décoration est tissée dans des lignes orchestrales. Le beat fait très Düsseldorf School par moments et reste toujours en mode évolutif sans pour autant devenir dynamique. Et ce mélange entre la musique de danse cosmique, cette rythmique robotique et ces quelques écarts sous les reflets stroboscopiques, comme sous les étoiles intergalactiques, donne cette profondeur qui explique l'entichement des amateurs pour la musique du duo Detlef Dominiczak & Andreas Braun. "Secret Island" est un autre titre qui accroche tout de go avec son rythme lent, mais pas trop, où scintillent ces séquences harmoniques de l'univers Wellenfeld. Construit sur une séquence en deux mouvements, la structure de rythme peut tourner comme galoper doucement avec de bonnes percussions électroniques sobres sous les chants de séquences aux tonalités de prismes et ces murmures harmoniques qui proviennent d'une brume enchanteresse. Tout est bien dosé dans les univers de Detlef Dominiczak & Andreas Braun. Et "Ring of Saturn Part II" en est la preuve! Un peu construit sur le modèle de "Reflections" mais avec plus de vivacité dans le rythme, "Ring of Saturn Part II", Part One provient du solide Trip To Illusion en 2005, apporte une touche cosmique très Française avec des éléments de Space Art autour d'un beau mouvement de séquences qui fait tinter divers ions dans des cabrioles tant rythmique qu’harmoniques. Ce qui frappe est la richesse des éléments en place et en aucun moment on trouve qu'il y en a trop comme il en manque.
"Lo-Fi System" est une valeur sûre où boitillent des séquences basses qui gargouillent un brin et des séquences qui dansent la claquette et mitraillent une structure semi-lente délicieusement tabassée par ces percussions rendues vivantes par un robot. Les harmonies sont un peu évasives et à peine communicatives, mais jumelées aux effets et aux séquences, elles deviennent plaisamment insidieuses. Là aussi, j'ai accroché à la 1ière écoute! Après une introduction tout en nébulosité astrale, "Timecode" secoue son ossature rythmique avec une marche de séquences qui gravit une cime ésotérique. La tonalité des séquences est comme un reflet entre le noir et le blanc. Mais peu importe, ce mouvement tortueux devient animé avec de belles secousses spasmodiques qui sautillent comme des pieds d'une biche sur un étang de feu. Mais peu à peu, ce rythme assemble ses séquences avec un mouvement plus homogène sous un voile de belles nappes qui inspirent des chants célestes. Argumentant avec une 3ième phase un peu plus dans le genre rock électronique, "Timecode" affrontera ses 3 phases de rythme sous une avalanche de solos très réussis. De ballade romantique à rock électronique cosmique d'une savoureuse lenteur hypnotique, "Vacuum" propose un agréable chapelet de séquences qui conjugue harmonies et rythmes dans un séduisant mouvement circulaire minimaliste qui charme sous de denses nappes de voix, un élément récurrent dans “Ten”."Nimbus" termine ce 10ième opus de Wellenfeld par une rythmique cahoteuse du style Düsseldorf où les séquences et percussions électroniques sautillent avec une belle approche d'harmonie lunaire. Toujours très mélodieux, le titre évolue avec une approche de House progressive et une touche de Dub qui me fait penser à Leftfield. Du bon Wellenfeld qui ne décevra pas du tout ses fans, ni les amateurs de EDM, tant la richesse des éléments et cette subtile diversité dans les rythmes et les genres qui ne cessent de se croiser font de “Ten” ce genre d'album qui mérite à être connu et découvert de nouveau à chacune de ses écoutes.

Sylvain Lupari (16/06/2017)